L’antithèse d’un état d’urgence permanent

XVMcbe66cb6-8c7f-11e5-a72d-5a82671dcda4Vendredi 26 février 2016. L’assemblée nationale vient d’entériner la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 26 mai. L’objectif est officiellement de lutter contre une menace terroriste « plus élevée que jamais », selon Bernard Cazeneuve. Mais en sourdine, les autorités perquisitionnent et assignent à résidence à la louche, sur simples dénonciations. L’état français bafoue les libertés au pays des droits de l’homme. 

« L’état bafoue les libertés au pays des droits de l’homme »

Le gouvernement a banalisé « un état d’exception permanent », selon André Koulberg, philosophe et militant de la ligue des droits de l’homme d’Aix-en-Provence. « C’est un changement de société ». Un changement pour toujours plus de contrôle et toujours moins de démocratie. Même Amnesty international s’inquiète, pointant du doigt dans son dernier rapport « des mesures d’urgence mises en œuvre de manière discriminatoire, en ciblant spécifiquement les personnes musulmanes, souvent sur la base de leurs croyances ou de leurs pratiques religieuses plutôt qu’en se fondant sur des preuves tangibles de comportements criminels ».

Stigmatisation des communautés et entretien d’un climat de peur, et si nous étions finalement entrain de faire le jeu des terroristes…

Maxime Aubin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s