Meurtres, drogue, clientélisme… Le « roman vrai » de Marseille

15077131-meurtres-drogue-clientelisme-hellip-le-roman-vrai-de-marseille.png

Marie-France Etchegoin, auteure de « Marseille, le roman vrai », a enquêté sur les bas-fonds d’une ville gangrénée par les trafics. Interview.

Lire la suite

Publicités

Marseille: le trafic de drogue, rempart à la radicalisation ?

f8e758226c3d04cb122587483be75db5ffb62067

Clichy-sous-bois, 27 octobre 2005. Zyed et Bouna, deux jeunes d’un quartier de la ville meurent électrocutés dans un transformateur EDF, après une course poursuite avec la police. La cité s’embrase, point de départ des émeutes de banlieue en France, obligeant le gouvernement De Villepin a déclaré un état d’urgence. Ville à contre emploi, Marseille est pourtant restée calme ces semaines-là. Lire la suite

Journée internationale des migrants à Marseille : « Laissez passer les sans- papiers ! »

250 millions. C’est le triste record du nombre de migrants dans le monde en 2015, selon les derniers chiffres de la banque mondiale. Parmi eux, plus d’un million ont rejoint l’Europe en provenance d’Afrique, de Syrie ou d’Irak. Face à ces afflux répétitifs, imprévisibles et complexes, l’ONU a proclamé le 4 décembre 2000 la tenue d’une « journée internationale des migrants », organisée le 18 décembre de chaque année. A Marseille, l’événement préparé par un collectif associatif a rassemblé une centaine de personnes ce vendredi.

 

migrants-mer-mc3a9d-2.jpg

Selon l’ONU, la Journée internationale des migrants est « l’occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social (…) En cette année 2015, la communauté internationale doit se réunir et se souvenir des réfugiés et des migrants qui ont disparu en tentant d’arriver à bon port après de pénibles voyages à travers les mers et les déserts ». Cette année a en effet une saveur particulière, ou plutôt un goût amer. Jamais l’humanité n’avait connu pareilles migrations.

Erythréens, soudanais, égyptiens, syriens, irakiens, tous ont dû fuir la guerre ou les répressions politiques. Plus de 5000 migrants ont ainsi déjà perdu la vie, souvent par noyade, en tentant de rejoindre l’Europe sur des bateaux de fortune.

« Les papiers d’identité sont un outil de contrôle de la population »

Lire la suite